Pathologies du foie et du tube digestif

 Stéatose hépatique
Infections du foie
Goutte viscérale
Le parasitisme
Les occlusions intestinales
La coprostase
Prolapsus du côlon

 

 

Stéatose hépatique

La stéatose hépatique ou lipidose hépatique est aussi appelée maladie du « foie gras » et est très courante en captivité, surtout chez les tortues ayant un régime carnivore et suralimentées. Le foie est un organe de stockage et si l’alimentation est trop riche il se surcharge et devient malade. Le lien ci-dessous aborde plus amplement cette pathologie chez les cheloniens:

Arrow Cas de stéatose hépatique chez une Terrapene

Bourrelets de graisse dépassant de chaque côtés de la carapace:
risque élevé de stéatose hépatique pour cette Terrapene
Les maladies principales chez les tortues Graiss10

Exclamation Premiers secours
Il faudra surtout revoir l’alimentation et les conditions de vie de votre tortue, malheureusement on décèle cette pathologie lorsque le foie est déjà très atteint et souvent post-mortem après dissection.

Infections du foie

Les infections hépatiques peuvent avoir de multiples origines bactériennes, fongiques ou virales. La plupart du temps elles se manifestent par des urines teintées de vert par la bilirubine, signe que le foie ne fonctionne plus correctement. Il faut rapidement aller consulter un vétérinaire qui administrera un traitement ajusté à l’origine du mal.

Urines visqueuses et verdâtres collectées chez une tortue d’hermann souffrant d’une infection hépatique

Les maladies principales chez les tortues Urine_10

Exclamation Premiers secours
Hydratez bien votre tortue en lui donnant des bains tièdes. Cependant il y a peu de choses à faire si ce n’est d’aller rapidement consulter un vétérinaire. Le pronostic vital est souvent très sombre.

Goutte viscérale

La goutte viscérale est une concentration de cristaux d’acide urique dans le foie conséquent à une déshydratation chronique ou à un problème rénal. Très difficile à diagnostiquer elle est souvent révélée après dissection, le foie a alors une teinte très pale et est envahi par de petits cristaux blanchâtres.

Exclamation Premiers secours
Seule une bonne maintenance évite de rencontrer cette pathologie, veillez à ce que votre tortue soit correctement nourrie, sans d’excès et qu’elle ne soit pas deshydratée (yeux enfoncés dans leur orbite)

Le parasitisme

Ascaris explusés par une T. ibera après traitement au Panacur
Les maladies principales chez les tortues Ascari10

Le parasitisme est responsable de plus de 30% des décès de tortues en captivité et est souvent le déclencheur de diverses maladies en affaiblissant progressivement les tortues. Si certains parasites colonisent le tube digestif uniquement, d’autres se propagent dans divers organes et causent de sérieuses lésions. Un post-it plus complet sur cette thématique peut être consulté en cliquant sur le lien ci-dessous:

Arrow Les parasites et leur traitement, vermifuges & Co.

Oxyures dans les selles d’une tortue charbonnière (Chelonoidis carbonaria)
Les maladies principales chez les tortues Oxyure11

Exclamation Premiers secours
Amenez une crotte de votre tortue chez le vétérinaire pour une coproscopie, les tortues importées sont les plus sujettes à des taux de parasitisme important et doivent immédiatement être traitées.

Les occlusions intestinales

Radiographie d’une tortue ayant avalé des cailloux causant une occlusion intestinale
Les maladies principales chez les tortues Patho_14

Les occlusions intestinales se produisent principalement si:
– la tortue est maintenue sur un substrat inadapté (copeaux de hêtre, graviers, sable) et qu’elle peut ingérer ce substrat avec sa nourriture par exemple,
– la tortue est très fortement parasitée et les parasites en mourrant après traitement forment un bouchon dans l’intestin,
– la tortue souffre de problèmes rénaux et forme ce qu’on appelle des « urolithes » ou calculs d’acides uriques qui obstruent le cloaque ou les voies urinaires.
– souffre d’un manque de calcium et consomme des cailloux qui vont bloquer le transit si trop nombreux.

La tortue en cas d’occclusion ne défèque plus et peut émettre des petits « cris » tout en essayant de pousser en rentrant brusquement la tête et les pattes. Surveillez si le cloaque n’est pas anormalement dilaté. Dans de nombreux cas d’occlusion il n’y a que l’intervention chirurgicale qui puisse être efficace mais il faut qu’elle soit réalisée par un professionnel qui connait bien l’anatomie des tortues. On peut souvent déceler une occlusion en faisant des radiographies de l’abdomen.

Exclamation Premiers secours
Baignez votre tortue dans de l’eau tiède, cela accélère le transit intestinal en attendant de pouvoir consulter rapidement un vétérinaire spécialisé.

La coprostase

Voici une video sur laquelle vous allez entendre une tortue (ibera) « couiner »

Ces « couinements » ne sont pas normaux et doivent vous interpeller , il faut agir vite pour éviter que cela s’aggrave

Plusieurs pathologies peuvent occasionner ce genre de manifestation comme par exemple une pneumonie (la tortue en plus des couinements ouvre la bouche et tend son cou à la recherche d’air)

Une consultation chez un véterinaire spécialisé est toujours indispensable car ces couinements sont souvent révélateurs de douleur chez la tortue

Cette petite tortue a donc été ammené chez le vétérinaire et la consultation s’est deroulée en plusieurs étapes :

1) L’ entretien zootechnique : a démontré que cette petite tortue vit en enclos exterieur, a hiberné dés son premier hiver, est nourrie principalement d’herbes du jardin (pissenlits, laiterons, liserons, fleurs etc) et a fait l’objet de traitement anti parasitaire suite à la manifestation de ces symptômes.

2) L’examen clinique : l’animal est juvénile (un an), son poids est conforme à son poids théorique, calculé en fonction de la longueur de sa carapace, la tortue n’est pas déshydraté ni hypotonique,elle se nourrit et ne présente pas un ramollissement de son plastron. Ses muqueuses buccales sont normalement colorées, il n’est pas noté de glossite, d’encombrement des choanes, ni de jetage au niveau de ses narines. Les deux yeux sont bien brillants.

A ce stade le véterinaire écarte l’eventualité d’une pneumonie car la tortue ne présente pas de dyspnée et n’est pas en detresse respiratoire.

3) examens complémentaires pratiqués : radiographies qui nous rassurent sur l’état des poumons qui sont bien clairs mais par contre qui mettent en évidence l’accumulation de matières fécales dans le colon, le rectum et le gros intestin.

L’hypothèse d’une cause mécanique est finalement retenue, il s’agit d’ une coprostase

Les matières fécales ne s’eliminant pas assez rapidement cela exerce une pression sur les poumons qui s’ecrasent sur la dossiere, le risque majeur de complication est l’occlusion.

Le traitement :

– Antibiotiques
– Inhalations de calyptol
– 1 goutte d’huile de paraffine
– 2 gouttes de sedocol
– 3 à 4 bains tièdes de 20 minutes / jour

Àprès quelques jours de traitement la petite tortue ne « couine » plus et évacue de façon trés regulière ses selles (plusieurs fois par jour au début du traitement). Une radiographie de contrôle doit être pratiquée pour s’assurer que la tortue ait retrouvé un bon transit avant l’hibernation Sleep

Exclamation Premiers secours
Baignez votre tortue dans de l’eau tiède, cela accélère le transit intestinal en attendant de pouvoir consulter rapidement un vétérinaire spécialisé

Prolapsus du colon

Le prolapsus du colon se présente sous forme d’une boule de tissus veiné et rouge sortant du cloaque. Il s’agit du colon qui ressort à cause soit d’une occlusion, rétention d’oeufs ou si le colon est irrité par des parasites.

Exclamation Premiers secours
Surtout ne pas laisser la tortue en présence d’autres congénères qui pourraient tenter de mordre le prolapsus, il faudra mettre la tortue dans un bac hygiénique (substrat sopalin humide) et enduire le prolapsus de vaseline ou graisse à traire pour ne pas qu’il ne se dessèche ou se nécrose. Consulter immédiatement un vétérinaire.